Limules de lecture – juillet-août 2017

Limules, ô mes limules, soyez douces, soyez fuyantes, soyez lentes, lisez dans votre mer les ondes des vagues. Voici les traces que ces limules ont laissé sur le sable : Simulacres et simulation (1981) Livre de Jean Baudrillard Qu’est-ce que penser avec excès ? Comment faire la différence dans la corrosion de la verve entre l’acidité... Lire la Suite →

Publicités

De l’essai à l’essaim

"Je me mets dans la position de celui qui fait quelque chose, et non plus de celui qui parle sur quelque chose : je n'étudie pas un produit, j'endosse une production ; j'abolis le discours sur le discours ; le monde ne vient plus à moi sous la forme d'un objet, mais sous celle d'une... Lire la Suite →

Vue sur l’ossuaire (Volodine)

Vue sur l'ossuaire est un livre subtil, un livre surréaliste, un livre mineur. Trois excellentes raison de se plonger dans l'univers amoureux de ce livre. Subtil comme... Subtil comme la cendre, comme l'apparition tranquille d'une tégénaire sur un pare-brise de voiture, comme l'amour après la mort, comme le masque de la danseuse, la courbe de... Lire la Suite →

Dans la nuit radieuse de l’Orbise

Ouvrir au hasard Terminus Radieux Volodine et s'apercevoir que la seule explication serait qu'il a passé 347 existences à peaufiner chacune de ces pages interminablement belles. S'apercevoir aussi qu'après des mois de lecture cette littérature continue à irradier l'imaginaire : les images, les personnages sont encore là. Pour 100 000 ans, le temps de décomposition... Lire la Suite →

Autocritique du post-exotisme

 Je découvrais récemment un texte (disponible en ligne) donné par « Antoine Volodine » à la revue La Femelle du requin – dont le titre presque sous le signe de Maldoror ne pouvait qu'attirer Volodine et sa clique d'auteurs fantasmatiques. Ce texte déconcertant (« Ici on énuclée ») se lit presque comme une dure autocritique de l'auteur qui se... Lire la Suite →

Le port intérieur – Antoine Volodine

Volodine ouvre la tête de Breughel et nous voilà à explorer tels des haruspices aveugles les restes dans lesquels nous retrouvons les fluides imaginaires et politiques où se dessinent des archipels, des îles. Des îles comme celles qui font face à la péninsule de Macau. Des îles, Macau, un petit réduit du port intérieur où... Lire la Suite →

Eric Faye, Croisière en mer des pluies

Attentats falots sur la Lune   L’argument du livre est alléchant : un attentat va se produire sur la Lune. Qui ne serait pas tenté de réduire en miette tous les espoirs des romantiques de la vie terrienne ? C’est une charge puissante attaquant fortement l’imaginaire. Le titre l’est aussi : « croisière en mer des... Lire la Suite →

Slogans, Maria Soudaïeva

A propos de Slogans, Maria Soudaïeva, Ed. de l'Olivier, 2004, trad A. Volodine Opération de sorcellerie évocatoire La Sudaïeva PPS est le nom d’une mitraillette (« l’arme de la victoire » du siège de Leningrad). Et il serait aisé de dire les 343 slogans sont autant d’actions poétiques lancées contre les « responsables du malheur » pour reprendre la... Lire la Suite →

Antoine Volodine, Alto Solo

Cet opus est bien écrit comme d’une note tenue sur ses coutes 120 pages d’un solo d’alto. Une note aigüe et douce, qui se termine dans la tristesse fatale des cris des victimes. La structure avant le concert / le concert et sa dérive tient bien : l’ironie dramatique tord les boyaux à pressentir dans... Lire la Suite →

Antoine Volodine, Dondog

Sur Dondog, d'Antoine Volodine, publié au Seuil en 2002 ... Dondog, c’est le nom de la blatte humaine Ybür, survivant dans les camps où il attend le jour de sa vengeance. Dondog c’est le nom du livre de Volodine qui traite de la 1ère et 2nde extermination des Ybürs à travers la mémoire fabulatrice de... Lire la Suite →

Litanie des plantes impossibles

J'aime les rapprochements improbables dont le mélange produit dans le cerveau d'étranges idées, chimères agréables et médusantes. Pas seulement la rencontre surréaliste d'images, pour laquel les paroles de Reverdy servent de poétique pour Breton : "  L'image est une création pure de l'esprit. Elle ne peut naître d'une comparaison mais du rapprochement de deux réalités... Lire la Suite →

Bardo or not Bardo ? (Antoine Volodine)

Samsara Post-exotique (sur SC) Bardo or not Bardo, est sexy, même si le sujet n’est pas B.B. mais bien des saynètes noiraudes extraites de la fin de vie issu de la galerie du post-exotique. Oui, l’humour est bien là tout au long des récits qui se suivent avec pour fil conducteur le « Bardo Thödol... Lire la Suite →

Lutz Bassmann : Les aigles puent

Dans les camps de l'indescriptible La clôture de tous les récits. Avec autour aucun barbelés, seulement la certitude de la fin et quelques aigles qui rodent. Voici l’itinéraire d’un suicide, celui de Gordon Koum allant se perdre dans l’Hiroshima local quelques heures après l’irradiation pour mourir selon toute certitude auprès de sa femme et de... Lire la Suite →

Antoine Volodine : Ecrivains

Les voix de Volodine [Sur SensCritique] Volodine n’est qu’une des voix du courant obscur surgit des cauchemars du XXe siècle, ce siècle perdu de tortures, de barbaries, de nihilisme, et d’utopies meurtrières. Antoine Volodine, Lutz Bassmann en passant par Manuela Draeger,  sont déjà les hétéronymes déroutant d’un même écrivain, auquel s’ajoute tout un réseau d’alter-écrivains... Lire la Suite →

Impossible Shaggå de la didyme ?

"La Shaggå a été conçue pour évoquer, et en même temps pour leurrer, pour protéger, pour résister à toute effraction. (...] [Elle correspond à une] esthétique de l'esquive." Antoine Volodine, Nos animaux préférés, p.86 Et pourtant il ne peut avoir de Shaggå didyme. Parce que la Shaggå se confine, comme la Didyme se diffuse. Oui,... Lire la Suite →

Rituel du mépris, Antoine Volodine

S'il y a des livres-métamorphiques, il en fait partie comme la biographie comparée de Jorian Murgrave. La puissance de cet imaginaire nous enveloppe et l'on se retrouve à partager la conscience de cette créature plus ou moins humaine, plus ou moins mutant et fantastique, sans s'étonner des délices de la cruauté d'un monde livré aux... Lire la Suite →

Antoine Volodine, Biographie comparée de Jorian Murgrave

On dirait une Chimère littéraire impressionnante : un squelette de Strougatski (Le scarabée dans la fourmillière), un ventre de Céline (Mort à  crédit), une queue de Kafka (Die Verwandlung), les pattes d’araignée de la Grande Espèce de Lautréamont (Chant 5), et l’œil, finalement de Volodine. C’est une entrée hallucinée et hallucinante dans la littérature que la... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑