BettieBooks (Frédéric Ciriez)

Comment ne puis-je pas être attiré par ce livre métacritique (question lancinante, horizon fabuleux) où deux critiques littéraires – en l’espèce : un pigiste et une booktubeuse – deux conceptions de la critique et de la littérature se rencontrent, s’affrontent, se détruisent et se régénèrent en un bruit de buzz plus assourdissant qu’une nuée de mouches... Lire la Suite →

Publicités

De l’essai à l’essaim

"Je me mets dans la position de celui qui fait quelque chose, et non plus de celui qui parle sur quelque chose : je n'étudie pas un produit, j'endosse une production ; j'abolis le discours sur le discours ; le monde ne vient plus à moi sous la forme d'un objet, mais sous celle d'une... Lire la Suite →

Que peut la critique ?

Il est des questions, des questions qui doivent rester ouvertes, infiniment ouvertes, et résonner, et revenant sans cesse, déclencher cette hantise qui se déploie en échos, en discours de la hantise : hantologie. Il est des livres de questions, parfois d'énigmes. De philosophie, de poésie. Destinées parallèles ? J'ai au cœur ce vers d'Eluard :... Lire la Suite →

La Maison des Épreuves (Jason Hrivnak)

A propos de La Maison des Épreuves, de Jason Hrivnak, éditions de l'Ogre, 2017, traduit de l'anglais par Claro. Illustration de couverture par Laura Nillni. Et Fiona avec vous au labyrinthe descendue, se serait avec vous retrouvée ou perdue Une ombre plane sur la littérature, et cette ombre est celle de l’Ogre. Ogre-dieux, ogres-mages, les... Lire la Suite →

Hors du charnier natal (Claro)

Et verbum Claro factum est On entre dans un mort comme dans un moulin » écrivait Sartre, biographe de cet Idiot de la famille qu’était Flaubert. Pourtant quand il est question avec Claro d’un homme mystérieux comme Nicolaï Mikloukho-Maklai (1846-1888), proto-ethnologue des Papous, l’incarnation se complique. Se complique d’un mirage et d’un dédoublement. Donc, croyez-moi, ne... Lire la Suite →

Archives du vent (Pierre Cendors)

Autour du livre Pierre Cendors, Archives du vent, Le Tripode, 2015. Merci à la librairie Charybde pour cette découverte. [Image de couverture : Hornstrandir en Islande] Fermez les yeux, nous dit Pierre Cendors. Plongez les yeux ouverts dans ce somnambulisme hypnotique que l'on nomme littérature. Voyez se lier dans votre esprit en une ligne d’ombre... Lire la Suite →

Perséphone 2014 (Gwenaelle Aubry)

A propos de Perséphone 2014 de Gwenaelle Aubry. Editions du Mercure de France. 2016 [Image de couverture : "Rapt de Perséphone" par Simone Pignoni, vers 1650) Se forger une vie à partir d’un mythe séminal, semer dans son adolescence la graine de Perséphone, et ce non pas à la surface du corps-mère de Déméter, mais... Lire la Suite →

Autocritique du post-exotisme

 Je découvrais récemment un texte (disponible en ligne) donné par « Antoine Volodine » à la revue La Femelle du requin – dont le titre presque sous le signe de Maldoror ne pouvait qu'attirer Volodine et sa clique d'auteurs fantasmatiques. Ce texte déconcertant (« Ici on énuclée ») se lit presque comme une dure autocritique de l'auteur qui se... Lire la Suite →

Thomas l’Obscur (Maurice Blanchot)

Thomas, te souviens-tu de ta chevelure de flammes noires en 1941 ? Rien à voir avec ta coiffure gominée, laquée de Néant, dans ta « nouvelle version » 1950. De l’hybride monstrueux de Maldoror et de Giraudoux, tu deviens le fils spirituel d’Igitur, l’ÜberGeist. Belle métamorphose. J’ai assisté à ton procès comme héros nihiliste, parangon de la métaphysique... Lire la Suite →

Lutz Bassmann : Les aigles puent

Dans les camps de l'indescriptible La clôture de tous les récits. Avec autour aucun barbelés, seulement la certitude de la fin et quelques aigles qui rodent. Voici l’itinéraire d’un suicide, celui de Gordon Koum allant se perdre dans l’Hiroshima local quelques heures après l’irradiation pour mourir selon toute certitude auprès de sa femme et de... Lire la Suite →

Anaïs Boudot : Exuvies

"A quoi bon encore des photographes au temps de l'Image ?" fredonne la satire post-hölderlienne[1]. Il est quelques poètes de l'image pour répondre en silence à cette question. C’est ce que j’ai ressenti face à la série « Exuvies » d’Anaïs Boudot, jeune photographe déjà distinguée au sein du Fresnoy, lieu fantomatique s’il en est. Il y... Lire la Suite →

Blanchot, L’espace littéraire

20 000 lieues sous la Littérature C’est le livre-recueil de Blanchot-Caron. Pour des générations Blanchot reste un passeur incomparable chez ces étranges morts-vivants que sont les écrivains (des gens présents s’absentant par l’écriture et se présentant par l’absence, dit-il). Le livre, de sa voix hypnotique d'Eurydice nous attire vers les contrées de l’écriture moderne et de... Lire la Suite →

Synésios : Dion

"Ce discours appelle "techniciens" et "savants" ceux qui isolent une science, quelle qu'elle soit, chacune se plaçant sous le patronage d'une divinité différente, mais nous appelons philosophe celui qui réalise l'harmonie du concert de toutes les sciences. (...) Ainsi, raconte-t-on, Apollon tantôt chante avec les Muses, en leur donnant le ton et en imprimant son... Lire la Suite →

Après le livre, Maurice Blanchot

Comme un lointain écho au livre de François Bon (lointain dans la temporalité du net, mais j'aime ce temps asynchrone), ces pages de Maurice Blanchot - auteur affectionné par FB - dans une lettre de 1968 à Ilia Bojovic "En effet, des livres sont constamment publiés dans tous les pays et dans toutes les langues.... Lire la Suite →

Apocalypse Nietszche

I « On n’a encore jamais posé le problème de savoir quel besoin de connaissance pourrait pousser l’humanité à se sacrifier elle-même, à mourir, un éclair de sagesse prémonitoire au fond des yeux. Peut-être que s’il s’établit un jour une fraternité dans l’intérêt de la connaissance avec les habitants d’autres planètes, et si au cours des... Lire la Suite →

Blanchot et l’écologie

Je m'étonnais précédemment de l'usage presque désinvolte de Blanchot dans un texte qui semblait tendre vers une alternative critique. Cela ajouté à ma lecture récente des Vies imaginaires de Marcel Schwob, m'a conduit à me demander si l'on avait pas perdu toute extravagance critique pour aborder Blanchot. C'est un fait assez connu,  pris par le... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑