A te souvenir de l’insomnie des mondes

Une voix. Deux voix. Mille voix. Des paroles. Creuses et béates. Répétées. Bégayant. Elles toutes. Nous autres, critiques. Parlant de ce que nous ne savons pas. A cet endroit précis de l’idiotie. Viduité. Accueillir le vide de la parole. Du texte. Telle serait l’opération. Se départir du jugement, de la valeur – époque. Suspens. Écrire encore. Toujours. Témoigner des textes. Dire non pas ce qu’ils sont, mais ce qu’ils font. Leur puissance affective et effective. Politique. Se déprendre, aller jusqu’à l’idiotie : voir venir. Faire taire en soi le savoir pour entendre l’autre. C’est ce à quoi, m.v. et moi nous sommes attachés, ce qui nous relie. Ici. Ailleurs. Deux voix. Milles voix. Des paroles creuses et béates.
A retrouver en ligne dans la revue Error ces réflexions et ce glossaire en devenir.
🏴‍☠️
« Ici se lit un entretien ouvert sur la critique littéraire, sur ses puissances et ses impuissances, et dont la question de l’idiotie est comme la première stase, liminaire, l’incarnation de cet état dont il nous paraissait important de témoigner comme critique en approfondissant notre perplexité »

Publicité

Un commentaire sur “A te souvenir de l’insomnie des mondes

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :