Lexique fantomatique (9) Hybride

Neuvième partie du Lexique fantome pour Spectrographies.

Hybride :

« Même le plus sage d’entre vous, il n’est qu’une forme équivoque hybride, un croisement de plante et de fantôme. »
Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, 1er discours à la foule

Pourtant, contre Nietzsche, peut-être faut-il faire sienne cette hybridation de plante et de fantôme.

Zarathoustra y voit ce qui en nous se réclame de l’état végétatif et d’un monde spirituel fantasmatique, de cette puissance de passivité et de réaction qu’il tente de révoquer en appelant à un dépassement, à cette volonté effarante de vie et de création que représente le Surhomme. En finir avec nos complaisances d’éthéromanes envers les fictions d’un « esprit » imaginé hors du corps, voilà le vœu de Nietzsche.

Mais l’hybride de plante et de fantôme nous renseigne sur une réalité qui rejoue autrement les relations complexes du fantomatique et de la philosophie, et du réel (car Nietzsche, comme Marx, reste dans cette misophantologie que Derrida a décryptée dans Spectres de Marx).

Le fantôme donc serait du côté de l’hybride et de la passivité – mais cela, comment le penser autrement que comme un défaut, ou plutôt, alors, comme un défaut essentiel, une faille qui doit incessamment rester ouverte, comme le sens, plutôt que franchie et oubliée ? Accueillir cette différance qui creuse le rapport glorieux au corps nietzchéen ?

« [Il y a] une préférence inconditionnelle pour le corps vivant. Mais à cause de cela même, ils mènent une guerre sans fin contre tout ce qui le représente [les fantômes, donc], qui n’est pas lui mais qui revient à lui : la prothèse et la délégation, la répétition, la différance. (…) Pour protéger sa vie, pour se constituer en unique moi vivant, pour se rapporter, comme le même, à lui-même, il est nécessairement amené à accueillir l’autre au-dedans (la différance du dispositif technique, l’itérabilité, la non-unicité, la prothèse, l’image de synthèse, le simulacre, et ça commence avec le langage, avant lui, autant de figures de la mort), il doit diriger à la fois pour lui-même et contre lui-même les défenses immunitaires apparemment destinées au non-moi, à l’ennemi, à l’opposé, à l’adversaire. »
Derrida, Spectres de Marx, p.224

Le fantôme est la figure d’une passivité qui est aussi la seule façon d’ouvrir à une dimension d’un Autrui qui vient à moi, à tout ce que l’altérité représente, de menaçant comme d’hybride, d’ambivalent, porteur d’une nouveauté, d’un inconnu problématique. Ne pas être, assigné à une réalité, c’est aussi ce que manifeste le fantôme (une nuit il faudra écrire ce Manifeste fantôme). Être hybride est la nature du fantôme : d’être de tous les règnes et d’aucun, de la vie et de la mort, du corps et de l’esprit.

Le fantôme est une figure de l’écart, d’une faille qui inquiète, mais qui est aussi ouverture, figure d’un entre-deux qui remet en cause le principe de non-contradiction, en s’affirmant comme entité paradoxale devant nous faire penser de manière intriquée, superposée, complexifiée, les rapports présence-absence, vie-mort, et tous les entre deux des dualismes.

«  L’homme est une corde tendue entre la bête et le Surhumain, — une corde sur l’abîme. (…) Ce qu’il y a de grand dans l’homme, c’est qu’il est un pont et non un but : ce que l’on peut aimer en l’homme, c’est qu’il est un passage et un déclin. J’aime ceux qui ne savent vivre autrement que pour disparaître, car ils passent audelà. »

Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, Prologue, 4

Le fantôme est de cette corde invisible, de ce fil de l’araignée qui nous suspens au-dessus de l’abîme. Il est cette tension non résolue, ce passage (« un pont et non un but »), et la beauté tragique de ce qui est voué à la disparition dans son apparaître même – mouvement mystérieux que Blanchot appelait « l’autre nuit », nuit où les fantômes apparaissent en leur évanouissement.

Vivez, hybrides de fantômes et de plantes, buvez de vos racines les éléments de l’invisible, transformez-vous !

 

[Image de couverture : Ghost in the Shell, par Mamoru Oshii]

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s