Lexique fantomatique (5) – Mal des fantômes

Mal des fantômes (Le) : L’expression, utilisée par Benjamin Fondane pour titrer un de ses recueils puis le regroupement de ses recueils poétiques, est un syntagme mystérieux.

L’hésitation de l’attribution de ce mal est bien l’un des procédés habituel de la poésie : s’agit-il de la douleur éprouvé par la hantise de souvenirs cruels, ou bien, plus subtilement, de la mise en question d’une douleur des fantômes mêmes, de leur propre condition.

Mais alors, qui seraient ces fantômes et comment souffriraient-ils ? Rapporté à ce que fut le point final de la vie de Fondane, y voir les spectres de la nuit et du brouillard que furent les hommes menés à ces états-limites entre la vie et la mort dans les camps de concentration, apporte un écho particulier à l’expression.

Peut-être faut-il entendre cela, et de manière plus large (je n’ose dire universelle) : les cris des personnes qui se perdent jusqu’à devenir des ombres douloureuses, témoins des horreurs. Destin non seulement de ces prisonniers des camps de tortures, mais de tous les perdus qui touchent aux états-limites que Bataille visait. Dans l’amour, la folie, la drogue, la douleur, se trouve un état qui touche, variablement, à ce mal des fantômes.

Publicités

Une réflexion sur “Lexique fantomatique (5) – Mal des fantômes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s