Lexique du fantomatique (1) – Conjuration

Je voudrais tenter en écho au projet « Spectrographies » de Dorothée Smith, tenter de poser quelques jalons d’une réflexion sur le fantomatique dans toutes ses virtualités puissantes.

Ainsi de loin en loin, j’essaierai régulièrement de rajouter des entrées à ce lexique fantôme jusqu’à ce que le pullulement de spectres soit satisfaisant.

Je commence par le terme « Conjuration« , car effectivement, quand l’on parle de fantôme on parle – je parle – de conjurer le fantôme, pour moi par exemple l’aspect surnaturel et dualiste (un esprit, détaché, d’un corps mort), mais conjurer cet aspect du fantôme est aussi en « conjurer » un autre, c’est-à-dire conjurer un autre rapport au fantomatique.

Conjuration : Faire fuir, faire fuir les fantômes, les rejeter dans l’arrière-monde kitsch du surnaturel, les renvoyer à une abstraite idéalité, un anti-matérialisme, un homoncule de pensée superstitieuse. C’est le mouvement de la pensée et de la philosophie occidentale comme le remarquait Derrida dans Spectres de Marx. La pensée du fantôme sert de repoussoir :

Dès qu’il y a spectre, l’hospitalité et l’exclusion vont de pair. On n’est occupé par les fantômes qu’en étant occupé à les exorciser, à les mettre à la porte.

Derrida, Spectres de Marx, Paris : Galilée, p.223

Mais la volonté de conjurer le fantôme est bien ambigu comme le terme l’est en français. Conjurer c’est appeler autant que révoquer, relation d’attirance et de répulsion. Ainsi la conjuration des fantômes (qui appelle là encore un troisième sens, celui, fantaisiste, du complot occulte) est marqué dès son origine par un mouvement opposé, paradoxal, qui ne se résout par aucune dialectique.

Il devient plutôt quelque « chose » qu’il reste difficile de nommer : ni âme ni corps, et l’une et l’autre.
Ibid., p.26

Cette tension sur le statut incertain du spectre ouvre véritablement l’espace, l’interstice, la puissance d’où surgit la pensée, le dehors, mouvement qui ne cesse, ouverture problématique, appel difficile car  » s’il faut conjurer le spectre, c’est parce qu’il est une voix porteur de différance. » C’est donc presque toute la philosophie de Derrida qu’elle implique.

« Cela ne peut se passer, si cela reste à faire, apprendre à vivre, qu’entre vie et mort. Ni dans la vie ni dans la mort seules. Ce qui se passe entre deux, et entre tous les « deux » qu’on voudra, comme entre vie et mort, cela ne peut que s’entretenir de quelque fantôme. Il faudrait alors apprendre les esprits. Même et surtout si cela, le spectral, n’est pas. Même et surtout si cela, ni substance ni essence ni existence, n’est jamais présent comme tel. Le temps de l’« apprendre à vivre », un temps sans présent tuteur, reviendrait à ceci, l’exorde nous y entraîne : apprendre à vivre avec les fantômes, dans l’entretien, la compagnie ou le compagnonnage, dans le commerce sans commerce des fantômes. A vivre autrement, et mieux. Non pas mieux, plus justement. »

Ibid., p.14-15

Conjurer les fantômes, ce n’est ni les faire disparaître ni les faire apparaître, c’est les faire apparaître disparaissant, ou plutôt pour éviter toute confusion avec le surnaturel, les faire apparaître comme pure absence et pur mouvement de retour et de hantise. Hantologie, écrit Derrida. Ce mouvement de double négation maintenu dans leur affirmation, c’est bien paradoxe est bien le « neutre » (du latin « ne-uter »: ni l’un ni l’autre) que, de loin en loin a posé Blanchot.

« Écrire, c’est conjurer les esprits, c’est peut-être les libérer contre nous, mais ce danger appartient à l’essence de la puissance qui libère. »

Maurice Blanchot, L’espace littéraire, « Pourquoi l’art est, n’est pas justifié », Paris : Gallimard, Folio, p.87

Le sphinx à tête de mort d’Un Chien andalou de Busnuel.
Publicités

3 réflexions sur “Lexique du fantomatique (1) – Conjuration

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s