Liberté noire

 » – Liberté, criait-il, noire liberté stridente dans le minuit des pins, daigne seulement refermer sur moi tes cornes de lune.

Car les amants de cette déesse étaient nombreux dans la cité, quand les autorités se décidèrent à raser ses temples, et maintenant beaucoup viennent au milieu des marécages pour lui rendre un culte lunaire en l’adorant sous la forme du grand capricorne, du minotaure typhée ou de la blatte géante. On distingue même une secte hérétique : les suivants de la liberté aptère, qui la veulent incarner dans le staphylin, et ceux-là traînent le ventre dans la boue en élevant au-dessus de leurs pieds pour imiter la posture de l’insecte qui recourbe son abdomen. »

André Pieyre de Mandiargues, « Le mouton noir »dans Le Musée noir

8 – Staphylinus cc BioDivLibrary sur Flikr
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s