De Pulchra

« Le premier enfant de la beauté humaine, de la beauté divine, est l’art. En lui l’homme divin se régénère et réengendre lui-même. Il veut se percevoir, et pour ce faire, il s’oppose à lui-même sa propre beauté. Et c’est ainsi que l’homme s’est donné ses dieux. Car au commencement, l’homme et les dieux ne faisaient qu’un, quand la beauté, inconnue à elle-même, la beauté éternelle, était tout simplement. »

Friedrich Hölderlin, Hypérion, I, 2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s