La Seconde Fondation, ancêtre de la Didyme ?

[Les principes] d’un civilisation fondée sur la science mentale. Dans toute l’histoire de l’Humanité, c’est surtout dans le domaine de la technologie que les progrès les plus importants ont été enregistrés, lorsqu’il s’agissait d’agir sur le monde inanimé qu’entourait l’homme. Le contrôle de soi et de la société a été abandonné au hasard ou aux tâtonnements vagues de systèmes d’éthique intuitive, basés sur l’inspiration et l’émotion. Il en résulte qu’aucune culture dont le coefficient de stabilité excède cinquante-cinq pour-cent n’a jamais vu le jour, avec pour corollaire une affreuse détresse humaine.

Isaac Asimov, Seconde Fondation, Paris : Denoël,  Présence du futur, 1966, p.117

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s